="fr"> atelier d'ecriture partagee - Libellulus
Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mars 2020 6 21 /03 /mars /2020 15:07

Je serais un MOUSTIQUE et j’aurais un plaisir tout spécial à piquer les humains aux endroits les plus sensibles, là où frottent les vêtements, dans le creux des membres, au bout des doigts ou sur les paupières. Ce serait bien sûr méchant mais rien ne le serait trop pour me venger de la baffe qui un jour me trouverait trop lent, trop lesté de sang.

Je serais l’UNIVERS et le big bang m’aurait bien fatigué…. écrivait Hervé LAROCHE, Je serais… (2003, éditions Arléa)

 

à sa manière, ...

Je serais le soleil pour éclairer les planètes. J’illuminerais les bâtiments, les arbres, les montagnes et les humains. Mais comme je ne pourrais pas éclairer tout en même temps, je laisserais parfois ma place à la lune et ses amies les étoiles qui vous amèneraient l’obscurité. Pendant une longue partie de l’année, je donnerais la chaleur que je produirais pour vous réchauffer mais après ce serait à vous de vous débrouiller seuls. Et dans plusieurs milliers d’années, je m’éteindrais pour toujours et je vous manquerais beaucoup. 

Charline, 4C

 Je serais une horloge avec de grandes aiguilles noires. Je donnerais l'heure à ceux qui le veulent et je stresserais ceux qui sont en retard. Je rappellerais au gens de se dépêcher ou de prendre leur temps. J'apprendrais la lecture de l'heure à la petite dernière et grâce à moi ses parents seraient fiers d'elle.

Je serais une photo bien encadrée et accrochée au milieu du salon. Je montrerais à tout le monde la passion de la grande de la famille. Je leur montrerais ses talents équestres. Tout les jours elle serait fière en me regardant. Elle se souviendrait de ce jour où tout était parfait et grâce à moi jamais elle ne l'oublierait.

Sara, 4C

Je serais une une danse dans laquelle je raconterais une histoire. Dans celle-ci j’exprimerais la haine ; la haine de celle qui s'est fait battre par son conjoint. Il y aurait deux personnes à danser sur une musique qui s’intitule "Another Love". Je serais une danse contemporaine. Comme costume la danseuse porterait une longue robe blanche. Au fur et à mesure de la musique, j’essayerais de faire ressentir mes émotions au public. Bref, je serais pleine d’émotion, de tristesse et de joie à la fois. J’espère que je plairais au public car j'y travaille depuis longtemps.. 

Loane, 4C

 

Partager cet article

Repost0
16 mars 2020 1 16 /03 /mars /2020 14:46

Dans Trente autoportraits sur mon lit de mort, Eric Chevillard écrit :

 « C’est moi, à l’âge où tout est joué, dit-on, la personnalité acquise ne changera plus. (…) Déjà fuyant et peu sociable, je joue seul à colin-maillard dans la chambre de mes parents. 

C'est moi, à l'âge de dix ou douze ans, difficile à dire, sur le coup de midi en tout cas. Les rayons du soleil tombent verticalement, je suis comme auréolé de lumière et mon chien est couché à mes pieds. J'avais gardé souvenir d'une enfance craintive et bien moins triomphante. Mais cet autoportrait […] prouve, tout compte fait, que je dominais parfaitement la situation. Je dessinais du matin au soir — aussi était-il trop tard pour être Mozart et trop tôt pour être Rimbaud."

Suivons l'exemple !

 

C’est moi à l’âge de cinq ans, en dessous d’un pommier, avec ma grand-mère. J’ai l’air énergique et contente.

C’est moi à l’âge de sept ans qui conduisait le tracteur rouge avec une remorque de foin. J’étais heureuse d’avoir conduit le tracteur sans avoir fait tomber de botte de foin.

C’est moi à l’âge de huit ans avec ma marraine sur la plage. On semblait contente d’être toute les deux. On profitait du soleil qui rayonnait sur nous.

C’est moi ma famille, Mickey et Minie, il y a trois ans à Disneyland Paris. Je semblais heureuse d’être avec ma famille.

Mathilde, 4C

Partager cet article

Repost0
16 mars 2020 1 16 /03 /mars /2020 14:15

Francis Ponge écrivait aux lecteurs du Parti pris des choses « Je propose à chacun l’ouverture de trappes intérieures, un voyage dans l’épaisseur des choses, […]une révolution […] comparable à celle qu’opère la charrue ou la pelle, lorsque, tout à coup et pour la première fois, sont mises au jour des millions de parcelles, de paillettes, de racines, de vers et de petites bêtes jusqu’alors enfouies. »

Depuis que j'ai ouvert un œil ce matin, j'ai vu :

- mon réveil qui indique 6h50 mn.

- mon frigo où je vais prendre mon yaourt.

-mes habits pour m'habiller.

-la nuit dehors.

-mon car arriver.

-le collège.

-mes amies.

-mon professeur arriver.

- l'heure de cours passer.

-le CDI.

-l'heure défiler.

-le plateau qui m'attend.

-une table qui se libère.

-mon pain qui reste sur le plateau.

- ma cousine dans la cour.

Anaïs, 4C

Partager cet article

Repost0
3 avril 2019 3 03 /04 /avril /2019 14:18

Le chat botté semblait perdu dans un interminable soliloque au sujet d'une botte d'escrime connue de lui seul. Il avait vu le chien, animal pourtant habitué à l'absentéisme, affronter à l'épée avec beaucoup d'adresse un policier. C'était près de la cabane. Près d'eux était posée une montgolfière multicolore. Or le chien, ce jour-là portait inconstitutionnellement les lunettes invisibles et pratiquait la botte secrète du chat. Clémentine, justement, passait par là au bras de son ami Banane pour aller au marché acheter un nouveau chandelier. Elle s'étaient empressée d'aller tout raconter à notre ami le chat. C'est pourquoi le chat botté soliloquait.

Partager cet article

Repost0
2 avril 2019 2 02 /04 /avril /2019 18:36

à la manière d'Annie Saumont dans Central Park West "Les voilà, quel bonheur"

Toi je t'aimais, je t'aimais, je t’aimais pour ton pelage épais de différentes couleurs, tu courais dans tous les sens quand tu me voyais, tu me sautais dessus mais je te disais d'arrêter.

Et puis de toi, j'ai tout aimé, cette façon de t'amuser, j'adorais jouer avec toi au lancer de bâton, à essayer de t'éduquer, à jouer au foot quand tu étais dans les buts ou encore à courir avec toi dans les bois. On jouait au rink-hockey et tu faisais la gardienne.

J'ai détesté quand tu me mordais pour jouer, quand tu n'obéissais pas à mes ordres, je t'appelais et tu ne venais pas, tu aboyais sur le chien d'à côté.

Arthur,4D

Partager cet article

Repost0
1 avril 2019 1 01 /04 /avril /2019 20:45

    À la manière d'Annie Duperray dans Le Voile noir

Ce qui me touche sur cette photo prise sur les escaliers en pierre avec mes parents c'est que peu avant le moment où la photo a été prise, je me rappelle avoir couru pour les descendre et rejoindre mon cousin. J'étais tombé la tête la première, et je pleurais. Mes parents étaient venus me voir et on a regardé ma blessure sur mon genoux où dégoulinait un peu de sang. Ce n'était pas très joli à voir !

Arthur,4D

Ce qui me touche sur cette photo, est le flash de l’appareil photo dans la vitre de la porte, entre moi et ma mère. Le flash montrait la voiture bleue de mes grands-parents, qui brillait au soleil. Le ciel était bleu, sans aucun nuage. Les oiseaux volaient dans le ciel. Nous regardions tous ma grand-mère, éblouis par le soleil les yeux entrouverts. Les enfants posés sur les genoux de leurs parents ne touchaient pas le sol.

Jade, 4D

Partager cet article

Repost0
31 mars 2019 7 31 /03 /mars /2019 20:06

À la manière d'Eric Chevillard dans Trente autoportraits sur mon lit de mort.

 

C'est moi, le jour où j'ai ouvert les yeux pour la première fois, je ne savais pas où j’étais. J'étais dans une grande salle, plusieurs personnes me regardaient. Quand je me suis retourné, j’ai vu une personne essoufflée et heureuse à la fois, j’ai pensé que c'était la personne qui m'avait mis au monde.

C'est moi, j'avais trois ou quatre ans, la première fois où j'ai commencé un sport collectif, le hand.

C'est moi, j'avais le trac, je ne connaissais personne, j'étais en chaussures de foot. Même si ce n'était pas fort agréable, je commençais à m'habituer et à aimer le football et c'est de là que c'est devenu ma passion.

C'est moi, à la maternité, j'attendais avec patience ma petite sœur qui allait venir au monde même si j'aurais préféré un petit frère mais ce n'était pas si grave.

C'est moi, j’étais dans la cuisine, je commençais à souffler mon premier anniversaire à deux chiffres.

C'est moi, la première fois où j'ai arrêté l'école de ski, j'avais onze ans, j'étais content de partir au ski pour une fois.

Théophile, 4D 

 

Partager cet article

Repost0
12 janvier 2019 6 12 /01 /janvier /2019 18:57

L’été dernier, lorsque j’allais en marchant au magasin, pour acheter un crayon vert, une jolie trousse et un agenda, j’ai aperçu un dindon en train de glousser et de courir après un furet. En rentrant chez moi j'ai senti une drôle d'odeur en provenance des toilettes, je suis allée voir et à ce moment là j’ai découvert un lutin. En le chassant de chez moi j’ai vu mon chien courir et je lui ai donné à manger et à boire car il avait soif et très faim.

Orléane 4D

 

En allant aux toilettes, j'ai vu un lutin et un gobelin qui couraient  derrière un joli furet. En sortant des toilettes je commençais  à faire mes devoirs. J'ai pris mon agenda, mon crayon vert, et ma trousse.  Mes devoirs parlaient du racisme en Amérique, je commençais à avoir faim car je sentais des odeurs de nourritures.

Côme, 4D

Partager cet article

Repost0
7 janvier 2019 1 07 /01 /janvier /2019 20:39

Avec les mots : Photographie, je(u), plume, furet, étoile, espace, football, bleu, herbe, meurtre, livre, manga, carte, parquet, table, voiture.

Marc prit sa voiture pour aller voir le mach de football des bleus. C’était la première fois qu’il allait voir un mach de football. Arrivé sur le terrain, il vit de l’herbe. A la fin du mach, la France avait battu la Croatie 4-3 en finale de coupe du monde ce qui faisait la deuxième étoile. Après ce match, Marc alla prendre une photo avec les joueurs. Cette petite séance de photographie finie, il alla boire un verre. Sur la table à laquelle il s’assit, il vit un livre avec les règles du jeu de cartes « Passe à coté » et il y avait aussi un manga intitulé « Meurtre dans l’espace ». En rentrant chez lui, Marc vit que ses poulets perdaient leurs plumes et il se demanda pourquoi. Après il alla voir si son furet allait bien. Pour en finir, il enfila des pantoufles pour épargner le parquet de son salon et s’assit sur son fauteuil devant la télévision.
                                                                                                                             Marie 4 D

Dans l’espace intersidéral, sur l’herbe bleue du terrain de football qui se déplaçait doucement, léger comme une plume, éclairé par des étoiles rouges et scintillantes, je poursuivais, sans carte ni GPS, au volant de mon bolide supersonique un furet dessiné comme un héros de manga. Il avait dispersé sur une table et sur le parquet de ma classe une multitude de photographies de meurtres. Soudain, je perdis le contrôle de ma voiture supersonique et je fus projetée hors du livre, c’était un roman de science-fiction !

J Bicrel

Le match de foot s'est terminé tard. Dans la voiture, je fouille dans mon sac parmi les

jeux de cartes, les livres et les mangas à la recherche de la photographie. Elle nous représente, mon furet et moi, à la poursuite d'une plume. Une magnifique plume d'oie. Nous étions heureux. Mais le lendemain matin, j'avais retrouvé sa cage vide. J'avais eu beau chercher dans toute la maison, pendant des heures, je ne l'ai jamais retrouvé. Depuis, je ne me lasse pas de regarder cette photo. Par la vitre de la voiture, je vois la lune qui déverse sa lumière bleue sur l'herbe humide, et les étoiles qui scintillent, comme des lucioles dans l'espace. Un jour, il a commis un meurtre. On a retrouvé sur la table de la cuisine un cadavre d'oiseau. Après l'avoir puni, j'ai creusé une tombe pour le petit oiseau, et comme le l'avais appelé Pipot, j'ai gravé son nom sur une latte de parquet.  

Louise, 4D

JB Gueuze, L'oiseau mort

Tom était en train de lire un livre sur sa table, quand soudain un furet entra dans sa maison à toute vitesse pour lui voler de la nourriture. Il eut peur donc Tom courut se réfugier dans sa chambre, il attendit que le furet parte pour descendre. Il jeta un œil par le trou de serrure de sa porte. Mais le furet était parti. Tom eut une envie de faire un foot dans son jardin. Il revint une heure après dans la maison, mais hélas, le furet était revenu et tous les mangas de Tom étaient déchirés et mangés.

Mathis, 4D

 

Partager cet article

Repost0
29 décembre 2018 6 29 /12 /décembre /2018 15:36

Un groupe de touristes se presse devant une grande statue verte avec une torche dans la main. Ils veulent tous immortaliser ce moment.

 

Derrière eux, de grands immeubles en verre renferment les plus grandes sociétés de la ville. Le guide donne quelques renseignements mais il est interrompu par des bateaux arrivant et repartant. Il semble être fatigué, pourtant sa journée n' est pas finie.

 

Sur une île plus loin un vieux bâtiment en brique, dont il ne donne pas la fonction. Trop de bavards dans ce groupe.

Cela l’épuise. Seul le bruit de l’eau derrière lui apporte un peu de sérénité.

 

En gras, les instantanés de Mathys, 4C en non gras, les entrelardages narratifs de V Nédélec.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Libellulus
  • Libellulus
  • : publication de rédactions, créations littéraires, expressions écrites faites en classe ou libres.
  • Contact

à propos de Libellulus

Les Romains utilisaient ce joli nom de  libellulus pour désigner les petits cahiers, les livrets, les  opuscules.

Gageons que ce libellulus des temps modernes en sera un digne successeur. Il présente en tous cas au moins deux avantages sur son ancêtre : il est amplement partageable et extensible !

Le voici prêt pour accueillir, conserver, partager créations littéraires, expressions écrites de classe ou rédactions libres.

Du calame au stylet, de la plume d'oie au clavier, l'aventure de l'écriture ne demande qu'à se renouveler.

Site référencé par WebLettres

  This créContrat Creative Commonsation is licensed under a Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 Unported License.

Recherche

Pour donner un texte à publier

Cliquez ce lien et téléchargez-le. L'identifiant est le nom de la commune de l'école, le mot de passe est le mot : concours. 

Attention ! N'oubliez pas de dire qui vous êtes ! 

1 blog, 0 carbone

 

Pages